Costa-Gavras

Primary tabs

Photo Credit: OIM/Romeo Balancourt

1,786 kmfrom home
#iamamigrant
"La solidarité, c’est le respect de l’autre, quel qu’il soit."
Costa-Gavras
Pays Actuel: 
France
Pays d'origine: 
Grèce

Partagez ce témoignage:

"J’ai quitté la Grèce au début des années 50 car je voulais faire des études et à l’époque on avait besoin d’un certificat de bonne conduite des parents pour entrer à l’université en Grèce. Or, mon père avait fait la résistance antiroyaliste… J’ai choisi la France car c’était le seul pays où je pouvais étudier gratuitement. L’image que j’avais de Paris était celle décrite dans les livres, celle de l’art, de la peinture. J’imaginais Paris comme une ville extraordinaire.

Je suis arrivé un jour de pluie à la Gare de Lyon. Les immeubles étaient gris et personne ne m’attendait. Mon obsession était d’apprendre le français très rapidement. J’ai pu entrer à la Cité universitaire et faire comme tous les étudiants parisiens: parler de politique, tout le temps, partout. Je me suis inscrit en fac de lettres, puis à l’école de cinéma.

Paris, c’était pour moi la liberté totale: liberté de lire dans les bibliothèques, de se promener. J’ai très vite découvert ce que c’était que d’être Parisien, de vivre à la parisienne, et j’ai connu des Parisiennes! En tant que Grec, je ressentais une certaine amitié et bienveillance envers moi et peut-être un peu de curiosité parfois lorsqu’on entendait mon accent.

L’accueil de l’Autre c’est déjà se rapprocher un peu plus de la paix, sociale et intérieure. La France m’a tout apporté, voire même plus que je ne pouvais espérer. Moi, en retour, j’ai essayé de me comporter de la manière la plus convenable possible. J’ai fondé une famille avec des enfants, des petits-enfants qui sont des gens bien. C’est ce que j’ai apporté à la France.

Aujourd’hui le regard sur les étrangers est plus sévère. La couleur de peau suscite des interrogations fortes. Elle peut engendrer des sentiments variés qui oscillent entre l’hostilité et l’extrême sympathie, selon les gens. Malgré toutes les difficultés que connaît mon pays en ce moment, la Grèce a montré une grande hospitalité. C’est ça la solidarité : le respect de l’Autre, quel qu’il soit.

Les gens qui arrivent du bout du monde en quête d’une vie meilleure sont des héros. Nous, les Européens, avons colonisé de nombreux pays et nous n’avons pas tout fait pour qu’ils aient envie de rester chez eux. D’ailleurs, on cite souvent Michel Rocard lorsqu’il disait que la France ne pouvait pas accueillir toute la misère du monde.

C’est oublier ce qu’il disait ensuite : '…mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part'."

Cette campagne fait partie d'un partenariat avec la Mairie de Paris. 

Related Sustainable Development Goal(s):

 

https://together.un.org            http://usaim.org/            https://sustainabledevelopment.un.org