Hieng

Primary tabs

"Quand j’ai obtenu la nationalité française, je me suis senti libre. J’aime vraiment la France; la vie, la nourriture.."

"J’étais étudiant lorsque la guerre a éclaté. Je n’avais jamais pensé quitter mon pays et venir en France. J’ai été le premier de ma famille à partir. Je me rappellerai toujours ce que m’a dit ma mère à l’aéroport : « Mon fils, c’est peut-être la dernière fois que je te vois…».  

Quand je suis arrivé, j’avais l’impression d’être perdu dans une marée de gens. Je ne connaissais personne, je n’avais pas de repère. Je ne connaissais pas la langue, et n’avais pas de quoi manger.

A l’époque, le Cambodge entretenait des liens très forts avec la France. C’est la raison pour laquelle je suis venu ici. Près de 40 ans plus tard, je peux dire que Paris a bien changé. Je crois que je préfère le Paris des années 1970. On était tous mélangés, on avait du travail, c’était différent. Aujourd’hui, dans mon quartier populaire, certains voisins votent ouvertement pour l’extrême droite. Oui, ça a changé. Je dois parfois expliquer aux étrangers que je côtoie que les « Blancs » ne sont pas racistes, qu’il y en a beaucoup de gentils et qu’il y a des racistes partout et dans toutes les communautés. Moi, je respecte les gens et les gens me respectent.

Bien sûr que mon pays me manque, mais la situation politique et économique au Cambodge est assez difficile alors je préfère ne pas y retourner. Et puis je me sens bien en France, même si j’avoue préférer la Normandie à Paris. J’y passe mes vacances et j’adore !

Quand j’ai obtenu la nationalité française, je me suis senti libre. J’aime vraiment la France ; la vie, la nourriture. Mon plat préféré? Le couscous!"

Cette campagne fait partie d'un partenariat avec la Mairie de Paris.

Photo Credit: OIM/Romeo Balancourt

9,969 kmfrom home
#iamamigrant
Hieng
Pays Actuel: 
France
Pays d'origine: 
Cambodge

Partagez ce témoignage:

This migrant's life story touches on the following Sustainable Development Goal(s):