Majid

Primary tabs

Photo credit: IOM/ F.GIORDANI

1,657 kmfrom home
“Si ça marche, j’aurais réussi. C’est ça la vie de Majid. Je ne veux rien pour moi. Je fais ça pour mes enfants et pour mon pays.”
Majid
Occupation: 
Electrician
Pays Actuel: 
Mauritanie
Pays d'origine: 
Maroc

Partagez ce témoignage:

Abdelmajid est originaire d’Amizmiz, une petite ville située à une cinquantaine de kilomètres au sud de Marrakech où tout le monde l’appelle Majid. Il est devenu électricien il y a 15 ans sans trop de difficulté, parce qu’il a vite appris en regardant son père travailler. Lorsqu’il parle de sa ville, et du Maroc en général, ses yeux pétillent et son sourire s’élargit. Son pays lui manque, sa femme et ses enfants aussi.

Il était responsable technique dans un hôtel à 400 kilomètres de chez lui. Tous les 3 mois environ, il rentrait à Amizmiz pendant une semaine. “C’était fatiguant mais je m’étais habitué. Alors quand on m’a proposé de partir travailler en Mauritanie pour un salaire plus élevé j’ai accepté tout de suite parce que mon futur patron m’avait assuré que je garderais le même rythme de retour à la maison qu’avant, malgré la distance plus grande.”  

Khadija, sa femme, est restée au Maroc avec leurs deux enfants. Pour elle, la décision de Majid de partir était évidente : il a des oncles, des tantes et des frères qui vivent en Italie. Dans la famille, la migration est presque naturelle.

Majid est parti à Nouakchott il y a 18 mois plein d’enthousiasme et de rêves dans sa valise. Mais les belles promesses de son généreux patron se sont vite évanouies, tout comme son projet de faire des économies rapidement pour créer sa propre société et ne plus travailler pour quelqu’un.

“J’ai passé une année entière en Mauritanie sans pouvoir rentrer chez moi. Je travaille sept jours sur sept et l’argent que je mets de côté je le dépense en cartes de téléphone pour parler à mes enfants chaque jour. Je ne veux pas perdre ma famille.”

Il habite à Nouackchott mais son cœur est resté à Amizmiz. “Je n’avais jamais eu peur de travailler avec l’électricité mais ici je ne prends aucun risque parce que je ne voudrais pas mourir ailleurs que chez moi.”

Majid envoie de l’argent à sa femme et ses enfants dès qu’il peut. Il paye des cours de mathématique à sa petite sœur qui prépare le bac et aide sa mère et son frère. Ces transferts de fonds sont sa façon à lui d’investir dans son pays.

 “Je veux que ma sœur apprenne l’anglais et que mes enfants fassent des études. Si ça marche, j’aurais réussi. C’est ça la vie de Majid. Je suis un père. Je ne veux rien pour moi. Je fais ça pour mes enfants et pour mon pays.”

Related Sustainable Development Goal(s):

 

https://together.un.org            http://usaim.org/            https://sustainabledevelopment.un.org