Shadrach

Primary tabs

"Quoi qu’on fasse c’est une question de sacrifices. La vie dépend de ton dur labeur. Si tu fais des efforts, ils seront récompensés."

“Il y a des migrants qui fuient la guerre et des migrants qui fuient la pauvreté. Moi je suis un de ceux-là. J’ai vu la pauvreté et je la combats.” Voilà pourquoi Shadrach a quitté le Ghana à l’âge de 27 ans pour un long voyage en Mauritanie.

“Je ne veux pas survivre, je veux vivre. C’est pour ça que je suis parti. Je suis cordonnier, j’ai juste besoin de mes aiguilles et de quelques autres trucs et je peux travailler où je veux.”

Shadrach a quitté Accra en 2001. Il n’avait pas de destination bien précise. Il voulait juste trouver un endroit où travailler et gagner de l’argent à réinvestir dans son pays. “Je dois vous avouer que j’ai même pensé rejoindre l’Afrique du Nord puis, peut-être, l’Europe. Mais je n’ai jamais pensé le faire en bateau. Ça n’en vaut pas le coup.”

Il a d’abord voyagé en Afrique de l’Ouest pendant six ans avant de s’installer en Mauritanie en 2007.

Chaque fois que tu arrives dans un nouveau pays, tu ne connais personne, tu dois trouver un endroit où dormir, un emploi, tu dois comprendre où sont les choses et comment elles marchent. C’est un grand défi. Mais si tu as la chance de connaitre un ami, alors tout devient plus simple.”

En 2005, Shadrach a rencontré Aziz, un coiffeur ghanéen. “Puisque nous partagions les mêmes idées et un même rêve d’avenir, nous avons décidé de continuer ensemble.” Début 2007, ayant assez d’argent de côté, ils sont partis pour Saint Louis d’où ils entrèrent en Mauritanie.

A son arrivée, Shadrach a d’abord commencé à travailler comme éboueur, mais peu de temps après un ami lui a donné la possibilité de travailler avec lui comme cordonnier. Ils ont travaillé ensemble six mois, jusqu’à ce que Shadrach trouve un emploi d’homme de ménage.

“J’étais vraiment chanceux. En Mauritanie c’est difficile pour les étrangers de trouver une place comme employé. Chaque nationalité a une activité spécifique. Typiquement, les ghanéens et les nigérians sont  coiffeurs, les maliens hommes de ménages, les sénégalais laveurs de voitures et ainsi de suite. Donc trouver un emploi de ce genre était vraiment une chance pour moi. Je l’ai obtenu grâce à un ami qui a décidé de rentrer au Ghana pour de bon et qui m’a demandé si je voulais le remplacer.”

“Ce travail m’a permis d’économiser de l’argent ces huit dernières années. Je me suis battu pour ce capital pendant toute ma vie. Maintenant je l’ai enfin. Quoi qu’on fasse, c’est une question de sacrifices. La vie dépend de toi, de ton dur labeur. Si tu fais des efforts, il arrivera un moment où tu seras récompensé.”

Photo credit: IOM/F.GIORDANI

1,800 kmfrom home
Shadrach
Pays Actuel: 
Mauritanie
Pays d'origine: 
Ghana
Previous Country of Residence: 
Burkina Faso, Gambie, Guinéee, Sénégal, Mali

Partagez ce témoignage:

This migrant's life story touches on the following Sustainable Development Goal(s):