Omar

Primary tabs

Photo credit: IOM/Monica Chiriac

back home
#iamamigrant
« J'ai vu de mes propres yeux de quoi Boko Haram est capable. Il n'est pas facile de réparer ce qu'ils ont détruit. »
Omar
Pays Actuel: 
Niger
Pays d'origine: 
Niger

Partagez ce témoignage:

« En 2016, au cours d'un après-midi, une bombe est tombée sur notre mosquée lors d'un enterrement. Environ 40 personnes sont mortes et 36 ont été blessées ce jour-là. J'étais à environ 50 mètres de l'endroit où c'est arrivé. Nous étions dévastés, mais nous avons gardé notre sang froid et nous sommes restés. À ce jour, je ne peux pas commencer à comprendre ce qui s'est passé.

Cinq mois plus tard, Boko Haram a attaqué la base militaire à côté de chez nous. Avec ma femme et mes quatre enfants, nous avons quitté notre village et nous sommes allés à Bosso. Beaucoup d'autres ont suivi, en voiture ou à pied. Une fois que les attaques ont commencé à Bosso, nous sommes partis pour un petit village près de Diffa. Une fois que les attaques ont commencé là aussi, nous sommes partis à pied dans un autre village près de Bosso. Plus de 50 personnes sont mortes sur le chemin. Une fois là-bas, on nous a dit que Bosso avait été attaqué et que nous devions déménager, soit vers Diffa, soit vers Nguigmi.

Une fois arrivés sur le site pour les personnes déplacées à Diffa, l'OIM nous a donné des kits d'articles non alimentaires et des abris d'urgence. Nous avons décidé que nous avions besoin d'un comité pour gérer l'aide reçue de toutes les différentes ONG. Cela fait maintenant un peu plus d'un an que j'ai été sélectionné par la population locale comme secrétaire général pour la gestion du site.

Le site a beaucoup changé depuis notre arrivée. Au début, il y avait 1 400 familles qui vivaient ici et maintenant nous en comptons plus de 2 500. C'est un organisme en croissance. Nous avons reçu beaucoup d'aide en termes de formation et d'éducation, mais beaucoup de gens n'ont toujours pas les moyens de nourrir leur famille.

Ce fut un grand défi pour les gens de trouver un emploi ici,  car il n'y a pas assez d'opportunités de travail pour tout le monde. Nous avons des écoles et des mosquées, mais nous avons besoin d'emplois et de terres pour que cela dure. Certaines personnes cherchent du bois à vendre tandis que d'autres trouvent de petits emplois en ville. La nourriture et les médicaments sont une priorité pour la communauté. J'étais agriculteur, mais je ne trouve aucune terre pour travailler ici. Je dormais quand tu es arrivé [pour me parler] et c'est ce à quoi je reviendrai quand tu partiras.

Cela peut parfois être frustrant, mais je ne quitte pas ce site tant que la sécurité ne s'améliore pas chez moi. J'ai vu de mes propres yeux de quoi Boko Haram est capable. Il n'est pas facile de réparer ce qu'ils ont détruit. »

L'aide fournie par l'OIM à Diffa est financée par le Département d'État des États-Unis : Bureau de la population, et l'Austrian Development. Agency (ADA), l'agence de la Coopération Autrichienne pour le Développement (CAD).

Related Sustainable Development Goal(s):

 

https://together.un.org            http://usaim.org/            https://sustainabledevelopment.un.org