Pierre

Primary tabs

Photo: Eric Djimtoloum

2,219 kmfrom home
#iamamigrant
« Le bonheur ne se trouve pas seulement en Europe »
Pierre
Pays Actuel: 
Tchad
Pays d'origine: 
Burkina Faso

Partagez ce témoignage:

ON N’EST JAMAIS MIEUX QUE CHEZ SOI 

Marié et père de six enfants, Pierre, 45 ans, est styliste, modéliste et propriétaire du complexe Balmaya Couture, un atelier de couture et une boutique de mode burkinabè. Pour lui, c’est l’occasion de permettre aux Tchadiens de connaître la culture burkinabè avec son fameux pagne Danfani, pagne traditionnel du Burkina.

Plus jeune, Pierre était fasciné par l’histoire du Tchad. Il avait sa perception du pays; son père lui disait souvent que les Tchadiens étaient hospitaliers et qu’ils étaient comme des frères pour les Burkinabés et ses amis lui racontaient que le Tchad c’était le désert et la guerre en permanence. Il a trouvé l’occasion de découvrir le pays qui le fascinait tant à l’occasion d’une foire artisanale en 2003 où il était invité à exposer. Ce voyage a suscité chez lui la volonté de s’installer au Tchad un jour. Invité une deuxième fois à la même foire artisanale en 2011, il a profité de son voyage pour rester dans ce pays qu’il appelle sa seconde patrie.

Cette même année, il a ouvert le complexe Balmaya Couture avec l’appui de ses « frères tchadiens », comme il les appelle. Pierre se dit sidéré de voir à la télévision des jeunes africains traverser le désert et la mer pour rejoindre l’Europe, à leurs risques et périls, juste parce qu’ils sont en quête de bien-être. Si certains survivants arrivent à bon port et découvrent une autre réalité sur place, d’autres perdent la vie dans des conditions assez tragiques. Il affirme : « Le bonheur ne se trouve pas seulement en Europe ». 

« On n’est jamais mieux que chez soi », dit-il. Avec Balmaya Couture, il avait pu donner une seconde chance à quelques-uns de ses frères qui ont tenté l’aventure pour aller en Europe. Mais depuis 2016, au début de la crise que traverse le pays, son chiffre d’affaires a chuté et certains de ses compatriotes sont même repartis au Burkina Faso pour rejoindre leurs familles.

Malgré cette situation qui a failli entraîner la fermeture de cette petite entreprise qui emploie près de 10 personnes, Pierre ne baisse pas les bras. Il demande aux décideurs africains de mettre en œuvre des politiques d’emploi en faveur des jeunes afin qu’ils évitent la migration irrégulière et qu’ils contribuent au développement de l’Afrique.

Cette histoire fait partie de la série "AU DELÀ DES GROS TITRES" :  un aperçu de la migration au Tchad".

 

https://together.un.org            http://usaim.org/            https://sustainabledevelopment.un.org