Nabintou

Primary tabs

Mohamed Diabaté 

3,245 kmfrom home
#iamamigrant
« Mon objectif pour ces cinq prochaines est d’avoir un magasin plus grand et plus fourni que celui-ci ».
Nabintou
Occupation: 
Commerçante de friperie
Pays Actuel: 
Côte D'ivoire
Pays d'origine: 
Libye

Partagez ce témoignage:

Soumahoro Nabintou est rentrée de Libye en 2018. A son retour en Côte d’Ivoire, elle a bénéficié d’une formation de dix jours en entrepreneuriat et gestion financière dispensée par l’ANADER ainsi que d’un appui technique et matériel de la part de l’OIM pour le démarrage de son activité. Aujourd’hui, elle gère sa propre boutique de maroquinerie à Daloa.

« Avant je vendais du pain et des condiments au marché d’Abobo. C’est ce commerce qui m’a permis de financer mon voyage pour lequel j’ai dépensé plus de 800 000 francs CFA.

Je suis partie en 2017 pour la Libye où j’ai passé un an. Là-bas, tu ne peux pas sortir et la vie est pénible. On nous maltraitait, on nous frappait et la nourriture manquait régulièrement. J’ai même dû appeler mes parents pour qu’ils m’envoient de l’argent.

En 2018, j’ai décidé de quitter volontairement la Libye. A mon retour en Côte d’Ivoire, ma famille ne m’a pas rejetée. Au contraire, ils étaient contents de me revoir et m’ont beaucoup soutenue. Quand je suis revenue, on m’a beaucoup demandé pourquoi ça n’a pas marché. Ça me faisait mal puisque parfois, j’avais des sentiments de regrets en repensant à ce voyage. En plus j’étais souffrante et je n’arrivais pas à dormir correctement.

Quelque mois après mon retour, j’ai suivi une formation de dix jours en commerce. Après ça, j’ai pu acquérir un magasin de vente de friperie et d’accessoires de beauté ici à Daloa. » 

j’achète en gros coûte 200,000 francs CFA et j’arrive à tout revendre sur le marché en deux ou trois semaines avec un bénéfice d’environ 50 000 francs CFA.

C’est grâce à ce bénéfice que j’arrive à prendre en charge mes dépenses quotidiennes.

Mon objectif pour ces cinq prochaines est d’avoir un magasin plus grand et plus fourni que celui-ci. J’aimerais aussi voyager pour pouvoir proposer de nouveaux articles à mes clients et développer mon commerce. Chacun est roi chez soi !

Le conseil que je peux donner à toutes mes sœurs : si elles ont des ambitions de voyager en Europe, il faut qu’elles le fassent dans la légalité ! »

Cette histoire fait partie de la série MIGRANTS DE RETOUR " Histoires de Côte d ’Ivoire - édition 2020 "

Related Sustainable Development Goal(s):

 

https://together.un.org            http://usaim.org/            https://sustainabledevelopment.un.org