Rex

Primary tabs

Photo: IOM/ Amanda Nero

2,212 kmfrom home
#iamamigrant
« un bus climatisé et ensuite dans un bateau à destination de l’Italie ».
Rex
Occupation: 
Coiffeur
Pays Actuel: 
Libye
Pays d'origine: 
Nigéria

Partagez ce témoignage:

L’enfer libyen : l’expérience de Rex

 

L’information est un pouvoir, dit un adage populaire. Mais bien qu’il fût informé des risques de son voyage, Rex n’a pas pu s’empêcher de partir.

« J’étais propriétaire d’un salon de coiffure et je m’en sortais plutôt bien », a déclaré le Nigérian âgé de 20 ans. « J’étais conscient des dangers de la route qui mène en Libye, et parfois je dissuadais les gens de la prendre, et pourtant, j’en suis devenu une victime », a-t-il ajouté.

Rex a versé la somme de 350 000 NGN (970 USD) à un passeur, communément appelé « bogar » au Nigeria, qui lui promit de l’emmener en Libye dans « un bus climatisé et de l’embarquer ensuite dans un bateau à destination de l’Italie ».

« J’ai vu des photos montrant la vie en Europe qu’un ami a postées sur Instagram. Nous avons discuté et il m’a dit de ne pas avoir peur », raconte le jeune homme. « Cet ami était sous ma tutelle et j’ai cru que s’il a pu y parvenir, alors il n’y a pas de mal à tenter ».

Toutefois, l’aventure de Rex ne s’est pas déroulée comme il le pensait.

Après l’échec de sa tentative de traversée vers l’Italie, Rex a été renvoyé dans un centre de détention en Libye. Il y est resté pendant six mois, avec d’autres migrants venus du Nigeria, du Ghana, du Sénégal et du Mali.

« J’ai pensé à me suicider pendant ma détention. Nous n’avions pas assez de nourriture et d’eau. Nous ne pouvions même pas prendre de douche ».

Cela faisait déjà 18 mois que Rex n’avait plus de nouvelles de sa famille qui pensait déjà qu’il était mort.

« Le jour où il a quitté la maison, j’ai eu la prémonition qu’un malheur aller s’abattre sur la famille. Nous sommes restés trois jours sans savoir où il se trouvait », a déclaré Michel, le père de Rex. Sa mère est morte quelques mois après son départ, « probablement à cause de l’hypertension dont elle souffrait due à son inquiétude liée à la disparition de son fils », a ajouté le père.

Lors d’une visite du personnel de l’OIM au centre de détention, Rex a manifesté son désir de rentrer dans son pays.

À son retour, et après avoir reçu des conseils, il a été aidé par l’OIM à rouvrir le salon de coiffure qu’il avait fermé avant de partir pour l’Europe.

« L’OIM m’a aidé à me remettre sur pied. Aujourd’hui, j’encourage les jeunes à ne pas entreprendre ce voyage périlleux. L’expérience est le meilleur guide, et je suis reconnaissant des conseils », conclut le jeune homme.

Dans le cadre de ses activités de sensibilisation, l’OIM utilise une approche de communication participative communautaire impliquant les migrants de retour pour sensibiliser sur les risques liés à la migration irrégulière et promouvoir la cohésion sociale.

Depuis 2017, plus de 14 000 migrants nigérians bloqués ont bénéficié d’une aide au retour humanitaire volontaire dans le cadre de l’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants. De nombreuses familles nigérianes perdent leurs proches qui ont quitté leur pays pour se rendre en Europe. Grâce à cette Initiative conjointe, l’OIM a aidé dix migrants vulnérables à retrouver leurs familles et plus de 20 cas de recherche de familles ont été ouverts dans les États d’Edo et du Delta au Nigeria.

Related Sustainable Development Goal(s):

 

https://together.un.org            http://usaim.org/            https://sustainabledevelopment.un.org