Seydu

Primary tabs

Photo credit: Flavia Giordani

1,047 kmfrom home
« Dès le début, les locaux m’ont traité comme l’un des leurs. Leur secret est l’hospitalité ; une valeur fondamentale ici. »
Seydu
Pays Actuel: 
Mauritanie
Pays d'origine: 
Mali

Partagez ce témoignage:

Seydu est né à Koutiala, un village de la région de Sikasso au Mali. Il a 35 ans, des yeux marrons vifs, des dreadlocks et se défini comme un Rastafari. Ses deux parents décédés, il est devenu le responsable de ses quatre petites sœurs et de son petit frère. Les opportunités de travail dans son village d’origine étant limitées, il a décidé de migrer en Mauritanie pour prendre soin de sa famille. Il a choisi un village au sud-est du pays, Bassiknou, où une grande communauté malienne est déjà installée.

“ Je dois le reconnaitre, c’était un acte de foi. J’étais jeune et je ne savais pas à quoi m’attendre ou si j’allais être suffisamment fort, mais il fallait que je le fasse ”. Seydu est arrivé à Bassiknou en 2011 avec un seul rêve en tête : ouvrir son propre atelier de soudure.

“ J’ai commencé à faire des petits boulots ici et là pour mettre un peu d’argent de côté et ouvrir mon studio. J’ai loué une chambre sans eau ni électricité pour 15 000 Ouguiyas par mois (41 USD). Ce n’était pas facile mais j’étais content. Je n’ai jamais ressenti le froid de la solitude parce que, dès le début, les locaux m’ont traité comme l’un des leurs. Leur secret est l’hospitalité. L’hospitalité est fondamentale ici ; tout comme le thé, trois fois par jour ”.

Après deux ans d’économie quotidienne, il ouvre enfin son propre atelier en 2013. Un succès en appelant un autre, il s’est marié avec une compatriote, Ibella, avec qui il a maintenant deux enfants. Seydu et sa famille ont réussi à s’intégrer dans la communauté locale et son travail le récompense chaque jour. “Je suis un homme chanceux”, ajoute-t-il.

Il a récemment signé un contrat avec une ONG internationale opérant à Bassiknou ; ce qui lui permet d’avoir un salaire régulier et d’envoyer de l’argent à sa famille au Mali. “Mes frères et sœurs ont maintenant une maison au Mali et nos enfants auront un meilleur futur que le nôtre,” dit-il fièrement. “Je me plais bien ici. J’aimerais rester, au moins jusqu’à ce que la crise politique dans mon pays se calme.”

Related Sustainable Development Goal(s):

 

https://together.un.org            http://usaim.org/            https://sustainabledevelopment.un.org