Abdoulaye Abasse

Primary tabs

2,193 kmfrom home
#avrr
#eutf
#iamamigrant
Une fois qu’une deuxième chance s’offre à toi, il faut savoir la saisir de ses deux mains et faire en sorte qu’elle ne t’échappe jamais.
Abdoulaye Abasse
Pays Actuel: 
Niger
Pays d'origine: 
Niger

Partagez ce témoignage:

Je travaillais chez Canal plus en tant qu’installateur d’antennes, jusqu’à ce que mon contrat prenne fin. Au chômage, j’ai décidé de tenter ma chance : mon projet était de rejoindre l’Espagne, où j’ai entendu que la vie est moins dure et qu’il est facile de gagner sa vie. Je suis parti un jour sans consulter ma famille pour qu’elle ne tente pas de me faire changer d’avis.

J’ai pris cette route : Niamey, Ouagadougou, Mali, Mauritanie, et enfin Maroc, plus précisément à Mohammadia. Arrivé au Maroc, je n’avais plus un sou pour continuer vers ma destination finale et n’avait pas où loger ni rien à manger. J’ai alors été accueilli par des étudiants nigériens qui m’ont offert le gîte et la nourriture le temps que je trouve un travail mais après avoir passé sept mois sans avoir rien trouvé, j’ai décidé de rentrer à la maison, dans ma ville natale de Say. Un compatriote m’a parlé d’une institution qui aide les gens à rentrer volontairement chez eux. J’ai décidé de prendre contact avec cette institution (OIM) pour le retour volontaire.

Arrivé au Niger, j’ai été bien accueilli et soutenu par ma famille qui m’a pardonné d’être parti sans les informer.

Deux semaines après mon arrivée au Niger j’ai contacté l’OIM Niger. J’ai été conseillé sur mes objectifs professionnels. J’ai dit mon souhait d’ouvrir un atelier d’électricité froid pour les prestations-installations et la vente de matériels frigorifiques. Un an et demi plus tard, j’ai été appelé par OIM pour suivre d’abord une formation en gestion d’entreprise. Cette formation de six jours m’a permis d’acquérir plus de connaissances sur la manière de bien gérer une entreprise notamment l’importance d’avoir un cahier de créances fournisseur, un journal de caisse et un cahier de créances clients.

Après la formation j’ai reçu une attestation de participation que je garde précieusement et dont je suis très fier. L’OIM m’a alors aidé à monter mon projet de réparation de frigos et de vente de matériels frigorifiques à Say. Je gagne bien ma vie à présent, étant le seul réparateur de frigos : avant les gens faisaient venir des réparateurs de Niamey. Grâce à cette activité, j’ai recruté trois stagiaires pour m’aider dans mes travaux. Maintenant, grâce à ses revenus, j’arrive à subvenir à mes besoins et ceux de ma famille et je projette même de construire une maison, acheter une voiture et me marier dans le futur.

Avec le bénéfice que j’ai fait et avec la collaboration de trois amis, nous avons ouvert une ferme où nous élevons de pigeons à Bassora-Niamey.

Connaissant bien tous les risques auxquels je pouvais être confronté, j’ai quand même essayé de partir car comme on dit, qui ne risque rien n’a rien. Mais une fois qu’une deuxième chance s’offre à toi, il faut savoir la saisir de ses deux mains et faire en sorte qu’elle ne t’échappe jamais.

Previous Country of Residence: 
Maroc

Related Sustainable Development Goal(s):

 

https://together.un.org            http://usaim.org/            https://sustainabledevelopment.un.org