Djamila

Primary tabs

Photo: Kimani DeShields-Williams

893 kmfrom home
#iamamigrant
« J'ai toujours rêvé de travailler dans le monde humanitaire pour être au service des personnes vulnérables »
Djamila
Occupation: 
Operations Assistant
Pays Actuel: 
Nigéria
Pays d'origine: 
Tchad

Partagez ce témoignage:

UN RÊVE : TRAVAILLER DANS L’HUMANITAIRE 

Djamila, jeune femme tchadienne, est Chargée de Project à l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). À travers son travail, elle contribue à répondre à la crise de Maiduguri au Nigeria.

Vétérinaire de formation, elle a toujours voulu travailler dans le monde humanitaire. Plus jeune, un poste lui a été refusé parce qu’elle ne parlait pas anglais. Elle a alors décidé de se rendre à Accra pour apprendre la langue. Une fois au Ghana, elle a découvert le programme de réinstallation pour les réfugiés au Tchad, financé par les États-Unis et mis en œuvre par l’OIM. Ce programme recherchait une assistante aux opérations. Tirant profit de sa connaissance de la langue française, de l’arabe soudanais et maintenant de l’anglais, elle a tout de suite su que ce poste était pour elle : « Ce poste est pour moi ! » Après avoir postulé et passé deux entretiens en anglais et en français, elle a réussi à obtenir son premier poste au sein de l’OIM Tchad. 

En route pour rejoindre son poste, elle rate le bus pour Goré où se trouve le sous-bureau de l’OIM. Elle parvient à trouver une place dans un autre bus. Quelques heures après le départ, elle est réveillée par des cris et la chaleur d’un feu: ils ont eu un accident ou douze personnes sont mortes. Blessée et perdue, mais déterminée, elle continue sa route pour Goré. 

Après huit ans de fonction, elle décroche un poste à Maiduguri où elle travaille depuis deux ans comme Chargée de Projet. À la question de savoir pourquoi elle a accepté de quitter son pays pour le travail, elle a répondu en disant qu’elle a toujours rêvé de travailler dans le monde humanitaire pour être au service des personnes vulnérables, et que le mandat de l’OIM l’a toujours fascinée. Pour Djamila, faire carrière à l’international est certes un exploit, mais quitter son pays pour venir au secours des personnes vulnérables est sa fierté et sa plus grande réussite. Travailler loin de sa famille et dans un contexte d’instabilité n’est pas facile, mais elle dit en ces termes « J’ai encore à faire pour ces gens ». 

Cette histoire fait partie de la série "AU DELÀ DES GROS TITRES" :  un aperçu de la migration au Tchad".

 

https://together.un.org            http://usaim.org/            https://sustainabledevelopment.un.org