histoires

Photo : Kimani DeShields-Williams

Alixe, 3,750 km
« En ce qui concerne la migration, j’estime que pouvoir voyager voire émigrer est un plus car le voyage forme, éduque. »

Photo: Kimani DeShields-Williams

Hervé, 2,785 km
« l’Europe n’est pas le seul choix pour réussir. »

Photo: Ezechiel Minnamou Djoubsou 

Sœur Aida, 2,672 km
« La migration est pour moi une bonne chose, elle nous fait rencontrer l’autre et nous apprend beaucoup, si nous savons en profiter. »

Photo: Eden Oulatar Thomas 

Seni, 2,219 km
« Ma seule envie est de retourner chez moi, de voir ma famille. »

Photo: Eden Oulatar Thomas 

Soiba, 1,160 km
« Je dois retourner voir ma famille que j’ai laissée. »

Photo: Eden Oulatar Thomas 

Tidjani , 1,271 km
« Je rentre bredouille. Je veux repartir à l’école et j’espère un jour devenir infirmier pour sauver des vies. »

Photo: Eden Oulatar Thomas 

Mahamadou, 2,219 km
« J’ai passé cinq ans en Libye, où j’ai découvert l’enfer. »

Photo: Kimani DeShields-Williams 

Famata, 1,160 km
« C’était fuir ou mourir »

Photos : Rhovys Mardochée 

Fané, 1,012 km
« Notre migration est pour mes enfants et moi une autre opportunité de connaître notre pays, le Tchad »

Photo: Rhovys Mardochee 

Issa , 1,012 km
« Etre migrant, pour moi, ça veut dire travailler pour subvenir à ses besoins et participer au développement de notre pays d’accueil. »

Photo: Rhovys Mardochée 

Ahmadou , 1,012 km
« Avec ma famille, nous avons quitté la RCA à bord d’une camionnette de marque Toyota que j’utilisais pour travailler. »

Photo: Eric Djimtoloum

Pierre, 2,219 km
« Le bonheur ne se trouve pas seulement en Europe »

Photo: Minnamou Djoubsou Ezechiel 

Marie, 1,136 km
« Je me suis rendue compte que découvrir un autre pays, une culture différente, était indispensable pour mon développement »

Photo: Eric Djimtolou

Mama Jackie, 997 km
« On peut mieux vivre en Afrique. On peut entreprendre dans son pays avec peu de moyens. »

Photo: Eric Djimtoloum 

Malik , 1,012 km
« La chose qui m’a vraiment touché, c’est la générosité des Tchadiens. En Afrique, nous sommes solidaires et sociables »

Photo: Kimani DeShields-Williams

Djamila, 893 km
« J'ai toujours rêvé de travailler dans le monde humanitaire pour être au service des personnes vulnérables »
Ousmane, 2,024 km
« Je n’ai jamais pensé que je le ferais vivant. J’étais censé y mourir. Beaucoup de gens ne savent même pas que je suis vivant ».
Jean-Pierre "Kidum", 1,217 km
« C’est à travers ma musique que je contribue au changement social. Les Kenyans s’y identifient, et c’est important ».
Abba, 1,200 km
« Nous verrons ce qu’il va se passer avec le temps, mais pour l'instant, je suis content de ma vie au Niger. »
Diaraye
"Mon mari avait tout planifié et il était le seul à connaître notre destination finale."

 

https://together.un.org            http://usaim.org/            https://sustainabledevelopment.un.org